Un projet mijote sur le site de la "Casserole"

Rénovation et Nouvelle construction à Saint-Servais

Fonction

Mixte

Etat du projet

A l'étude

Affectation

Au sein du périmètre d'agglomération

Secteur

Privé

Le site dit d’Asty-Moulin, véritable carrefour entre Bomel et Saint-Servais, est un quartier peu connu de nombreux Namurois.

Il fut pourtant à la pointe de la vitalité économique de Namur tout au long de son histoire. Les fameuses cartes de Ferraris (1770 - 1778) en mentionnent déjà l’existence avec la présence de moulins à grains alimentés par le Houyoux, mais c’est au cours de la révolution industrielle qu’ «Hastimoulin» va connaître une croissance sans égale.

L’ancienne plaine a ensuite fait place aux bâtiments industriels au gré des acquisitions foncières de l’usine de produits émaillés qui y installe sa production. Le quartier dit de « La Casserole » voit le jour en 1873. Son « émail garanti ne sautant pas au feu » a brillé jusqu'aux vitrines des Galeries Lafayette! Cette industrialisation fut l’un des moteurs de l’important développement urbanistique de Saint-Servais, qui lui donne, encore aujourd’hui, son identité bien spécifique. Il connaît son apogée dans l’entre-deux-guerres avec La Société Nouvelle des Produits Emaillés et Etamés de Saint-Servais-lez-Namur », avant de connaître un inexorable déclin suite à la fermeture de l’usine dans les années 50’. 

Partitionné ensuite en différentes propriétés, ce site fut occupé par diverses entreprises et autres commerces avant de se vider au profit des zones périphériques. En léthargie, ce quartier d’Asty-Moulin n’attendait plus qu’une nouvelle impulsion. 

A ce jour, Thomas & Piron Bâtiment se prépare à introduire une demande de permis unique en vue de réaliser un projet de redynamisation du site d’Asty-Moulin. Cette revitalisation se base sur :

  • le complet assainissement des bâtiments et du sous-sol du site;
  • la rénovation d’une partie du pertuis du Houyoux;
  • la sauvegarde des deux bâtiments caractéristiques du passé industriel de Saint-Servais que sont l’ancien magasin Cema et le hall aux 5 pignons de l’asbl Entranam;
  • la création de nouveaux espaces publics (minéraux et verts) de qualité;
  • la création de + de 30.000 m² de logements neufs avec sous-sols et de services; 
  • la promotion des énergies renouvelables (panneaux photovoltaïques, etc.) et de techniques innovantes (gestion des déchets, consommation énergétique basse, etc.).

Mais avant de pouvoir envisager une telle introduction de permis, il est nécessaire  :

  •  que le « SAR » soit accordé par le Ministre de l’Aménagement du Territoire au terme de la procédure de reconnaissance,
  •  qu’une étude d’incidences sur l’environnement soit réalisée au vu de l’ampleur et de l’étendue du projet (plus de deux hectares).

Galerie photos

Etapes du projet :
A l'étude depuis 2015